Le Loup

Partagez!

Un loup et un lapin discutaient tranquillement.  

Le Lapin: Mais bien sûr, maître Loup: ce domaine est à vous! Je ne viens que pour manger de  cette belle herbe verte et fraiche qui m’appelle à grand cris.

Le Loup: Moi aussi; quelque chose -ou plutôt quelqu’un- m’invite à le manger! J’ai tellement faim! Il n’y a que cette pelouse autour de moi! Et je ne vais pas trahir mon espèce en la mangeant! Devinez donc ce qui m’appelle à grands cris pour que je le mange? Ne vous posez pas la question! Vous feriez mieux de déguerpir!

Le lapin, qui avait comprit l’intention du loup dès qu’il avait prononcé ces nobles paroles avait prit la fuite sans même se poser de question. Malheureusement le loup était bien plus rapide! Mais dans le ciel, un oiseau apparut… Il prit dans son bec le lapin et l’emmena à l’autre bout de la prairie  Il y déposa le lapin qui le remercia chaleureusement. 

L’Oiseau: Vite le loup arrive! Cachez-vous derrière ce Saule en attendant que ce sot arrête sa pourchasse. 

Le lapin se cacha derrière le tronc de l’arbre et attendit. Le loup arrivait à grandes empattées (les loups ont des pattes, pas des jambes!)

Le Loup: Je sais que vous êtes là Mr Lapin! Je le sais! Je ne suis pas si sot que cela, finalement! N’est-ce pas? 

Le lapin reprit la fuite. Quelle course folle! Mais l’oiseau intervint encore une fois. Cette fois-ci, il prit le loup dans ses serres et l’emmena dans le ciel. Il le déposa sur les pics Kabakhistahan. C’était une minuscule montagne qui volait dans le vide et qui faisait la taille du loup. Elle avait quatre pics. Les jours passèrent. Le loup, mort de faim, dut se résigner à manger la montagne du Kabakishtahan. Le jour suivant, il n’avait plus rien à manger. D’ailleurs, il n’y avait plus rien du tout à part lui! 

Une nuit de pleine Lune, un sentier apparut avec une branche de baies scintillantes qui poussait en son bout. Le loup, qui n’avait rien manger depuis des jours, ne se priva pas de les manger! Mais il était tombé sur des baies empoisonnées!

Il se coucha et ne se réveilla plus… 

 Cette histoire est faite pour être jouée avec des ombres:

Le Lapin: fermez le poing en laissant dépliés l'index et le majeur vers le haut.

Le Loup:  séparez l'annulaire et le majeur en collant l'annulaire à l'auriculaire et le majeur à l'index. pliez le pouce pour que son bout touche le côté de votre main.

L'Oiseau: fermez le poing en laissant dépliés l'index et l'auriculaire vers le haut.

Le Saule: prenez une tête à coiffée aux cheveux coupés aux épaules.

Les pics Kabakishtahan: collez tous vos doigts (que d'une main pour garder l'autre pour l'animal) en pliants le pouce de sorte à ce que son bout touche le côté de votre main.

Chemin avec les baies: tendez votre bras en faisant revenir votre main vers vous et en faisant en sorte que vos doigts ressemblent à des branches.    

Partagez!

2 commentaires

  1. Clara Wallis Auteur de l’articleRépondre

    Je vous conseil fortement de réaliser cette histoire avec des ombres devant une lumière. Pour tout vous dire, c’est en faisant des ombres avec mon corps que j’ai inventé cette histoire! Vous allez voir: ça rend très bien! Bonne chance!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *