Il faut penser aux malheureux que fait la guerre

Partagez!

On entend des éclats de rires,

Comme des éclats de chocolats,

La vie nous sourit, il ne faut pas penser au pire !

On continue à jouer dans la joie.

Puis soudain, un son assourdissant,

Le ciel se fait sombre,

Un décor effrayant,

Le ciel est plongé dans l’ombre.

Des sirènes retentissent,

Les enfants ont peur,

Nos respirations ralentissent,

C’est plus que l’horreur !

On entend des éclats de pleurs,

Comme des éclats de verre,

Le monde se détruit; Ô malheur !

On regarde le ciel en faisant des prières.

Des bruits angoissants,

Dans le monde, la terreur,

Des proches absents,

On a tous peur.

J’ai perdu mon père,

J’aimerai tellement le rejoindre,

Mais retenu par ma mère,

Je ne peux que le plaindre !

Clara Wallis


Partagez!

2 commentaires

  1. safir Répondre

    Je suis d’accort avec toi Juju. Je trouve que ce poème est profond et crient de vérité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *